Rabat - Maroc

À 15 ans, il lance un projet de recyclage des E-déchets

  • |
  • |
  • |

Le jeune auto-entrepreneur propose aux particuliers comme aux entreprises et aux institutions publiques la possibilité de recycler leurs « E-déchets » tels que les ordinateurs, téléphones, imprimantes, cartouches d’encre, piles… en faisant appel à des recycleurs certifiés.

Le projet à but non lucratif de Camil n’a pas manqué de faire écho auprès de la Délégation de l’Union Européenne au Maroc. D’ailleurs, le résultat ne tardera pas à venir avec la signature d’une convention avec les ambassades de ses États membres, le 20 avril dernier, pour appuyer et encourager l’initiative.

Lancé en 2015, E-recycling ne se cantonne pas à une activité de collecte, puisque le projet vante les avantages du recyclage des déchets électroniques et électriques afin de réduire au mieux leurs risques écologiques. Au même titre, cette initiative vise à sensibiliser les jeunes dans les groupes scolaires à l’importance du recyclage et leur faire prendre conscience du rôle qu’ils peuvent jouer dans la protection de l’environnement.

La méthode de collecte des E-déchets

Le système de collecte mis en place par Camil Chaari permet de récupérer les déchets en question des ménages, des écoles, des entreprises et des institutions publiques. Pour ce faire, un kit de communication adapté … Dans une perspective d’élargir l’impact du projet, un centre de collecte “E-Recycling Center” a vu le jour dans le quartier Hay Ryad afin que les ménages puissent déposer directement leurs équipements usagés.

Après la phase de collecte, arrive par la suite le stockage au niveau du centre, le tri en fonction du type et poids des produits, avant de tout envoyer aux recycleurs en dernier lieu. Ce processus garantit ainsi une traçabilité certaine.

S’entourer de partenaires recycleurs à l’image du projet, Camil sait faire. Grâce à des partenariats avec Al Jisr Association (association à but non lucrative qui collecte des équipements informatiques usagés pour les recycler ou les donner aux écoles publiques) et Revialis (une entreprise française installée au Maroc depuis 2008, certifiée ISO14001 et spécialisée dans la revalorisation des cartouches d’encre), les résultats sont aujourd’hui au rendez-vous.

Impacts du projet

E-recycling constitue un cas unique dans la capitale du Royaume. Le fondateur ne souhaite pas s’arrêter à ce stade, mais ambitionne de dupliquer son modèle dans d’autres villes marocaines. Après un an d’activité, l’initiative du lycéen a permis de collecter près de 3.5 tonnes de E-déchets, ainsi une réduction de l’émission du CO² d’environ 3500 kg.

À ce jour, E-Recycling a été implémenté dans 6 écoles (4 à Rabat et 2 à Kénitra), 7 entreprises, à l’Ambassade des États Unis d’Amérique, au sein de la Délégation de l’Union Européenne et ses 17 ambassades membres (France, Angleterre, Belgique, Espagne, Pays Bas, Suède, Croatie, Bulgarie, Italie…). Il a également reçu le label COP21 du Ministère de l’écologie et du développement durable français.

Camil Chaari a choisi de s’engager dans la lutte contre le réchauffement à son échelle. Et comme le jeune auto-entrepreneur, nommé Ambassadeur du Sommet de la Conscience, se plaît à citer le proverbe français sur son site: « Petit à petit l’oiseau fait son nid! »

ÉQUIPE

Camil Chaari

Fondateur de E-recycling

COORDONNÉES

FACTS

« La gestion efficace des quantités croissantes de déchets électroniques produites en Afrique et dans d'autres pays du monde constitue une part importante de la transition vers une économie verte à faible intensité de carbone, et efficace dans l'utilisation des ressources.

Il est possible de développer les économies africaines, de créer des emplois décents et de protéger l'environnement en assurant une gestion durable des déchets électroniques et en récupérant les métaux précieux et autres ressources renfermés dans les produits qui finissent comme déchets électroniques. (…) des mesures telles que l'amélioration des stratégies de ramassage et la mise en place de structures plus officielles de recyclage, peuvent limiter les dommages causés à l'environnement et offrir des opportunités économiques».

 
Source : Achim Steiner (Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) 2006-2016)

 

LE MAROC EN ACTION

Le Ministère de l’Environnement est en train de développer une filière dédiée au traitement des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE). Une première étape, portant sur le recueil de données relatives aux DEEE au Maroc, l’évaluation du potentiel de la mise en place d’une filière pour la valorisation de ces déchets et la fourniture d’orientations et d’assistance du ministère pour la conception de la filière des piles usagées, est déjà bien avancée. Au Maroc (…), le marché du traitement des DEEE est évalué à 410 MDH.

 

Cinq catégories constituent 97,5% du stock des DEEE marocains, à savoir les grands appareils ménagers (GAM), les petits appareils ménagers (PAM), les ordinateurs et matériel grand public, constitués principalement de cartes et d’écrans, les piles usagées et le matériel d’éclairage. Ces 5 catégories ont donc été retenues dans une grille de sélection, objet d’un plan de recyclage. Les résultats complets de l’étude doivent être rendus dans le courant de cette année même pour lancer la filière d’ici la fin de l’année.

 

 

Source : Lavieeco.com

Morocco
Maroc
02/09/2016
Dima Eco : quand des Marocaines transforment les huiles usagées en savon

Chaque année au Maroc, plus de 100 000 tonnes d’huiles neuves sont utilisées. Cela génère quelque 70000 tonnes d’huiles usagées qui risquent de se retrouver dans la nature. Di...

Morocco
Maroc
04/08/2016
IFKER : l’initiative pour une éducation environnementale au service du développement durable

Fondée en 2014, IFKER est spécialisée dans les domaines de l’éducation à l’environnement et du développement durable. L’association a été pensée sous forme de centre d’informa...

Morocco
Maroc
29/07/2016
FRESH’IT : Le réfrigérateur 100 % naturel

Pas d’électricité, donc à priori, aucun moyen pour les populations rurales de conserver leurs aliments et leurs médicaments. Et bien non ! Car Raowia Lamhar, une jeune ingénie...

Morocco
Maroc
04/07/2016
Nature initiative, les gardiens du patrimoine de Dakhla

Le parc national et la baie de Dakhla regorgent de trésors de biodiversité en tout genre. C’est dans cette zone que les derniers phoques moines de la planète ont choisi de se ...