Sainte-Marie - Afrique

Cetamada : l’initiative malgache pour un ‘whale watching’ durable et responsable

  • |
  • |
  • |

Cetamada est une association malgache fondée en mai 2009. Basée à l’île Sainte-Marie, au nord-est de Madagascar, l’association agit sur l’ensemble du territoire national. Son défi au quotidien est de préserver les populations de mammifères marins (baleines à bosse, dauphins…) ainsi que leurs habitats naturels à Madagascar tout en soutenant la mise en place d’activités économiques autour des mammifères marins pouvant générer des revenus directs pour les communautés. L’approche de Cetamada est d’agir en impliquant les populations locales dans ses actions.

Pendant la saison d’observation qui se prolonge de juin à août, l’île Sainte-Marie confirme son statut de spot mondial des baleines à bosse avec le passage de près de 40000 individus au total. Cetamada entend valoriser ce capital touristique d’une manière durable. Pour atteindre cet objectif, l’association axe ses activités autour de 4 volets d’action :

Encadrement de l’écotourisme

Cetamada a  conçu un code de bonne conduite pour l’observation responsable et respectueuse des mammifères marins à Madagascar. Ce document a permis de vulgariser un arrêté interministériel datant de 2000 fixant des règles d’observation. Aussi, l’association forme chaque année des encadrants volontaires pour accompagner les sorties touristiques de « whale watching », collecter des données scientifiques et participer aux actions communautaires de sensibilisation.

Éducation environnementale 

L’association organise régulièrement des activités de sensibilisation et d’éducation environnementale. Des activités ludiques et adaptées sont mises en place à destination des plus jeunes. Les adultes aussi sont sensibilisés régulièrement lors de conférences et d’ateliers organisés par l’équipe scientifique pour faire connaître les différents mammifères marins de Madagascar et les enjeux liés à leur conservation. Ces rencontres sont ouvertes à tout public.

Activités communautaires 

Cetamada soutient le développement d’activités économiques autour des mammifères marins de Madagascar, en particulier les baleines à bosse. Le centre communautaire de l’association à Sainte-Marie accueille librement ceux qui souhaitent être formés aux techniques de l’artisanat local ou perfectionner leur savoir-faire. Du matériel est mis à disposition et les artisans peuvent exposer leurs travaux de couture, sculpture, peinture, tressage, etc. Les partenaires éco-touristiques de Cetamada réservent également un espace dans leurs structures pour exposer ces produits.

Recherche scientifique

Consciente de la nécessité de protéger les mammifères marins de Madagascar et leur habitat, Cetamada s’engage à développer la collecte des données scientifiques dans le sanctuaire de l’Océan Indien. Dans le cadre d’un programme de science participative, cette organisation est la première association à but non lucratif de l’Océan Indien à avoir mis en ligne une base de données permettant la mutualisation et la gestion des données scientifiques sur les cétacés de cette région : www.cetanet.org.

L’Association Cetamada prépare plusieurs projets qu’il est possible de consulter sur son site web. Des campagnes de crowdfunding sont en cours pour financer ces initiatives. Aujourd’hui, 80% des opérateurs touristiques de Sainte-Marie qui pratiquent le « whale watching » adhérent aux directives de Cetamada. Ce qui confère à l’île et à l’association une image responsable reconnue mondialement.

ÉQUIPE

Anjara SALOMA

Leader scientifique

Henintsoa RAMANANA

Coordinateur Administratif et Logistique

Sophia Rakotoharimalala

Directrice exécutive

COORDONNÉES

Cetamada, Port Barachois, Ambodifotatra, BP 5, 515

Sainte-Marie,

Madagascar

Tel : 261-205-791229

direction@cetamada.org

www.cetamada.org

FACTS

Trente-deux espèces de mammifères marins frayent autour de Madagascar, et le Canal de Sainte-Marie, profond d’une cinquantaine de mètres, est un endroit idéal pour la baleine à bosse, qui n’y croise aucun prédateur. La population des baleines à bosse était cependant estimée à 200.000 en 1920. Elles sont moins de 60.000 aujourd'hui.

 

Source : www.rfi.fr

 

LE MAROC EN ACTION

Signé en 1996 avant son entrée en vigueur en 2001, l’Accord sur la conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente (ACCOBAMS), a été ratifié en 1999 par le Maroc.

 

L‘accord s’assigne pour principal objectif de réduire les menaces qui pèsent sur les cétacés, notamment en améliorant l’état des connaissances sur ces mammifères marins. Le Maroc, à travers le département des pêches maritimes, collabore depuis 2011 aux côtés du secrétariat de cet Accord pour la promotion d’activités de Whale Watching durables.

 

En 2013, le Maroc a été élu à Tanger président de l'organisation régissant l'Accord sur la conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente (Accobams). Le mandat du royaume se prolonge jusqu’en Novembre 2017.

 

Source : log.ma

 

Morocco
Maroc
16/01/2017
Empowering Women in Atlas : Autonomiser les femmes en protégeant la nature

Dans le Moyen Atlas, les conditions de vie des populations rurales sont souvent très difficiles. À cause de cette rudesse, les femmes et les enfants qui vivent dans ces contré...

Morocco
Afrique
23/12/2016
La voûte nubienne pour le droit à un habitat durable

Face à la déforestation et à l’avancée de la désertification, un très grand nombre d’habitants des régions sahéliennes se retrouvent dans l’incapacité de renouveler leurs toit...

Morocco
International
16/12/2016
Une initiative turque pour sensibiliser les administrations locales

Les élus et administrations territoriales sont des acteurs clés dans la transition vers de nouveaux modes de vie plus durables. C’est la conviction de la très active fondation...

Morocco
Maroc
14/12/2016
Casablanca : une friche à Sidi Moumen devient un jardin-école

C’est l’histoire de la transformation d’un terrain vague à Casablanca. Le site de 2500m² est situé entre le centre social Oum Keltoum et le complexe culturel El Ghali du quart...