Tétouan - Maroc

Dima Eco : quand des Marocaines transforment les huiles usagées en savon

  • |
  • |
  • |

Chaque année au Maroc, plus de 100 000 tonnes d’huiles neuves sont utilisées. Cela génère quelque 70000 tonnes d’huiles usagées qui risquent de se retrouver dans la nature. Dima Eco est un projet de coopérative qui fabrique un savon dégraisseur, destiné à la vaisselle et à la lessive, à partir de ces huiles usagées.

Avec un processus de production simple et non polluant, le projet permet de transformer ces huiles en savon dépourvu de produis chimiques, sans colorants, et 100% biodégradable. La prouesse réalisée par Dima Eco est de concevoir un projet viable qui allie écologie et commerce équitable.

Le choix d’opter pour une coopérative n’est pas anodin. Et pour cause, le projet est pensé comme une opportunité pour proposer une véritable activité génératrice de revenus à des personnes en situation précaire. Ainsi depuis son tout début, Dima Eco a été destiné à impliquer les femmes qui vivent dans les villages et les périphériques de la ville de Tanger.

Dima Eco a remporté le prix du meilleur projet dans le cadre de la caravane Startup Weekend Maroc en 2015. Pour convaincre, l’équipe du projet a notamment entrepris une série de tests en laboratoire afin de certifier la conformité de ses savons aux normes d’hygiène et de sécurité en vigueur. La solution a aussi convaincu parce qu’elle s’est basée sur un business model ad hoc.

Son produit final est économique, efficace, écologique, et équitable. Côté commercialisation, une enquête auprès des clients potentiels a permis de prouver l’attrait du produit: nombreux hôtels et restaurants ont fait savoir qu’ils étaient aussi bien prêts à fournir leurs huiles usagées qu’à acheter le savon produit par la coopérative.

À ce jour, Dima Eco a malheureusement rencontré plusieurs obstacles administratifs pour créer son modèle de coopérative. L’équipe n’a pas jeté l’éponge pour autant. Plusieurs séances de coaching ont été organisées au profit d’un groupe de femmes du petit village d’Ain Mechelaoua. Les bénéficiaires ont été formées aux techniques de fabrication et de commercialisation du produit. L’objectif de la formation était de les qualifier afin de leur permettre de maîtriser et de s’approprier l’activité, et à terme, de commercialiser le fruit de leur travail dans les marchés de la région du nord, notamment à Tanger et Assilah.

Le projet Dima Eco a tout pour se positionner comme un vrai vecteur de développement durable et humain dans la région de Tanger. Le concept peut aussi être facilement répliqué dans d’autres zones géographiques du pays. Pour ce faire, l’équipe doit encore lever les défis administratifs qu’elle rencontre afin d’officialiser le cadre de son activité : une coopérative utile, écologique et socialement engagée.

ÉQUIPE

Yasmine Benchaib

Fondatrice

Souhaila Zaidi

Responsable de communication

Acheraf BENCHAIB

Responsable d'approvisionement

COORDONNÉES

Village Ain Mechlaoua Route de Tétouan

Tétouan,

Maroc

FACTS

Le Maroc génère environ 70 000 tonnes par an dont une partie est rejetée dans la nature sans aucun traitement. Ces huiles ont un impact extrêmement nuisible sur l’environnement et la santé d’une manière générale à cause de leurs caractéristiques.

 

Elles sont peu biodégradables ce qui augmente la durée de vie de ces déchets. Ces matières dangereuses ont une densité plus faible que l’eau : un litre d’huile usagée peut couvrir une surface importante d’eau (environ 1 000 m²) et réduire l’oxygénation de la faune et de la flore. Un litre d’huile usagée peut aussi polluer durablement 1 m3 de terre chaque année.

 
Source : Lematin.ma

LE MAROC EN ACTION

Depuis 2011, la collecte et le stockage des huiles usagées sont soumis à des conditions réglementaires strictes. Les aires de stockage doivent répondre à des exigences techniques. Les conteneurs et les fûts doivent être rigides, étanches, solides, résistant au claquage et à l’écrasement dans des conditions normales d’utilisation et avoir été fabriqués selon la réglementation et les normes en vigueur en la matière.

 

Ces outils de transport doivent porter la mention «huiles usagées des codes 13-02 et 13-03 du catalogue marocain des déchets» et présenter le sigle international de danger chimique, ainsi que la mention «Produit inflammable». La date de stockage et le lieu d’expédition doivent aussi être mentionnés.
Source : Lavieeco.com

Morocco
Maroc
15/11/2016
La tribu des écolos du Maroc pour une contribution citoyenne au reboisement des forêts

Ce n’est pas pour rien qu’elle a été baptisée « tribu des écolos ». Axée autour des sujets environnementaux et plus spécialement ceux relatifs aux patrimoines naturels du roya...

Morocco
Maroc
10/10/2016
Education environnementale : plus de 5000 élèves formés à Ifrane

Sans éducation environnementale, point de citoyens conscients et engagés dans la protection de l’environnement. Les membres de l’AMEPN y croient dur comme fer et s’attellent à...

Morocco
Maroc
04/08/2016
À 15 ans, il lance un projet de recyclage des E-déchets

Le jeune auto-entrepreneur propose aux particuliers comme aux entreprises et aux institutions publiques la possibilité de recycler leurs « E-déchets » tels que les ordinateurs...

Morocco
Maroc
04/08/2016
IFKER : l’initiative pour une éducation environnementale au service du développement durable

Fondée en 2014, IFKER est spécialisée dans les domaines de l’éducation à l’environnement et du développement durable. L’association a été pensée sous forme de centre d’informa...