New Delhi - International

Inde : des plantes pour purifier l’air en intérieur

  • |
  • |
  • |

En Inde, la pollution atmosphérique a atteint des niveaux très inquiétants. Même l’air à l’intérieur des bâtiments est souvent chargé de particules polluantes. Sans des solutions de filtrage, la santé des habitants est sérieusement menacée. Kamal Meattle, militant écologiste et patron d’une entreprise indienne, fait justement partie des personnes qui souffrent de ce fléau. Pour atténuer les degrés de pollution de l’air qu’il respire au travail, il a eu l’idée d’installer des plantes au bureau. Depuis, il s’est inspiré des travaux de la NASA pour perfectionner un dispositif « bio » qui marche et qui intéresse.

Un système simple et ingénieux

Pour obtenir un résultat probant, l’air extérieur passe dans un premier temps par un épurateur installé sur le toit de l’immeuble. Après une première filtration, l’air est renvoyé à l’intérieur d’une serre où vivent quelque 400 plantes aux propriétés purificatrices. Enfin, l’air assaini est redirigé vers les espaces intérieurs de l’immeuble. En complément de ce système, 800 autres plantes ont été installées un peu partout dans le bâtiment.

Une initiative certifiée par le Green Building Council

Kamal Meattle, qui a fait ses études au M.I.T dans le Massachussetts, n’a pas hésité à investir dans le réaménagement du bâtiment de son entreprise afin d’optimiser l’efficacité de son système. C’est à présent un bâtiment modèle qui, en plus, a été le premier du pays à recevoir la certification Platinium du Green Building Council nord-américain.

Un dispositif économe en énergie

Ce système a le mérite d’être beaucoup plus économe en énergie quand on le compare à d’autres solutions d’épuration existantes. Après avoir aménagé son bâtiment, Kamal Meattle a constaté que ce dernier utilise cinq fois moins d’énergie par mètre carré qu’un immeuble lambda. Grâce aux plantes, il économise 10% d’énergie et réduit son impact environnemental en diminuant son empreinte carbone.

Une idée réplicable

Depuis trois ans, Kamal Meattle a créé des systèmes de filtration de l’air à base de plantes pour plus de 700 maisons de New-Delhi. Des bureaux, des hôpitaux, des écoles et même des particuliers ont pu bénéficier de cette nouvelle solution qui connaît de plus en plus de succès. Voilà qui doit faire l’effet d’un bol d’air bien frais !

ÉQUIPE

COORDONNÉES

Kamal Meattle, Paharpur Business Centre 21, Nehru Place Greens

New Delhi,

Inde

FACTS

En 2014, une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la qualité de l’air a désigné New Delhi comme la ville la plus polluée du monde et chiffré l’étendue de l’empoisonnement. La moyenne annuelle en particules fines de 2,5 micromètres (µm), les plus fines et dangereuses pour l’organisme, s’élevait à 153 µg/m3. Soit trois fois plus qu’à Pékin, dont le smog était déjà de sinistre notoriété. Le niveau annuel recommandé par l’OMS, lui, est de 10 µg/m3.

 

 

Source : liberation.fr 

 

LE MAROC EN ACTION

Au Maroc, la loi nº 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l'air s'applique à toute personne physique ou morale soumise au droit public ou privé, possédant, détenant, utilisant ou exploitant des immeubles, des installations, des véhicules, des engins, des appareils, exceptés les installations qui relèvent des autorités militaires ainsi que celles soumises à la loi nº 005-71 relative à la protection contre les rayonnements ionisants.

 

 

Source : ecolex.org

 

Morocco
Maroc
16/01/2017
Empowering Women in Atlas : Autonomiser les femmes en protégeant la nature

Dans le Moyen Atlas, les conditions de vie des populations rurales sont souvent très difficiles. À cause de cette rudesse, les femmes et les enfants qui vivent dans ces contré...

Morocco
Afrique
23/12/2016
La voûte nubienne pour le droit à un habitat durable

Face à la déforestation et à l’avancée de la désertification, un très grand nombre d’habitants des régions sahéliennes se retrouvent dans l’incapacité de renouveler leurs toit...

Morocco
International
16/12/2016
Une initiative turque pour sensibiliser les administrations locales

Les élus et administrations territoriales sont des acteurs clés dans la transition vers de nouveaux modes de vie plus durables. C’est la conviction de la très active fondation...

Morocco
Maroc
14/12/2016
Casablanca : une friche à Sidi Moumen devient un jardin-école

C’est l’histoire de la transformation d’un terrain vague à Casablanca. Le site de 2500m² est situé entre le centre social Oum Keltoum et le complexe culturel El Ghali du quart...