Mohammedia - Maroc

La Siesta : d’asso de quartier à protectrice des dunes littorales

  • |
  • |
  • |

Qu’est-ce qui pousse une association résidentielle à devenir une ONG spécialisée dans la protection du patrimoine littoral dunaire ? Pour Nadia Hmaity, la réponse est simple : l’arrivée un beau matin de tractopelles sur les dunes de la plage. Tout a commencé le 29 décembre 2015 sur une plage de la ville de Mohammedia. « Nous étions surpris de voir une entreprise immobilière débarquer avec ses engins en face de chez nous, avec l’intention de préparer le terrain à la construction et donc de détruire une partie du cordon dunaire qui nous a si bien protégé des marées et des vagues de submersion des années durant », explique Nadia Hmaity, présidente de l’association des résidents du quartier la Siesta.

Sensibiliser pour agir

« Au début, les habitants n’avaient pas tous réalisé le danger potentiel. Mais de réunion en réunion, tous ont compris qu’avec la destruction de cette partie du cordon dunaire, nous allions non seulement perdre des micros écosystèmes intéressants, mais aussi la barrière mécanique qui protégeait notre résidence des marées. Très vite, notre association est montée au créneau pour essayer de faire valoir nos droits», raconte Nadia.

La Siesta chef de file

Riche du dynamisme et de l’engagement de ses membres, l’association a parcouru du chemin depuis qu’elle s’est engagée dans sa nouvelle cause. Au premier trimestre de 2016, elle obtient l’attention de plusieurs médias nationaux qui relayent son histoire. En mai, l’association des résidents du quartier la Siesta coorganise et participe à un workshop national sur les difficultés de mise en œuvre de la loi relative à la protection du littoral au Maroc. C’est une étape majeure qui aboutira à la création du collectif des associations du littoral de Mohammedia avec l’ONG de la Siesta en tant que coordinateur.

Un soutien au-delà des frontières

L’association des résidents du quartier la Siesta, au-delà des détails techniques et juridiques de son bras de fer avec le projet immobilier, a eu le mérite d’être parmi les premières ONG marocaines à se spécialiser dans la protection des dunes littorales. En quelques mois, elle a réussi à toucher et à mobiliser des centaines de citoyens au Maroc, mais aussi de par le monde. À travers la signature de la pétition lancée par l’association ou via des photos, tous ont manifesté leur soutien à la démarche de l’association. Voilà qui devrait inspirer d’autres associations de quartier pour s’impliquer dans la protection de leur environnement naturel immédiat.

ÉQUIPE

Nadia HMAITY

Présidente

COORDONNÉES

sociale, Bloc D, Num 1, Hassania 2

Mohammedia,

Maroc

FACTS

Les dunes littorales occupent 20 % de la zone côtière du globe. Ces systèmes sont présents sur tous les continents et sous tous les climats, depuis les zones désertiques jusqu’aux zones tropicales en passant par les climats tempérés. Situées à l’interface entre la mer et le continent, les dunes littorales sont des milieux dynamiques, colonisés par une végétation herbacée hébergeant une faune originale, sous l’influence de nombreux facteurs naturels (ex : vent, marées, ensablement, embruns). Ces dunes végétalisées constituent des remparts naturels et protègent les terres des actions de la mer et du vent. Cependant, et bien que les dunes littorales soient nombreuses à travers le monde, nombre d’entre elles sont fortement menacées et ont été dégradées par les activités anthropiques telles que le tourisme, le pâturage, l’installation d’industries, ou par la forte expansion démographique le long des côtes.

 

 

Source : Observatoire national de la mer et du littoral (France)

LE MAROC EN ACTION

La loi 81-12 relative au littoral, telle qu’adoptée par la Chambre des représentants et la Chambre des conseillers et publiée au Bulletin officiel le 15 août 2015, s’assigne pour objectifs, entre autres, la préservation des équilibres biologiques et écologiques, du patrimoine naturel et culturel, des sites historiques et archéologiques, des paysages naturels et la lutte contre l’érosion du littoral. Elle a aussi pour buts de prévenir, lutter et réduire la pollution et la dégradation du littoral et la réhabilitation des zones et des sites pollués ou détériorés, d'assurer le libre accès du public au libre rivage de la mer et de promouvoir une politique de recherche et d'innovation en vue de valoriser le littoral et ses ressources. A cet effet, la loi a également créé une commission nationale de gestion intégrée du littoral et des commissions régionales chargées de l’examen du plan national et des schémas régionaux du littoral.

 

 

Source : Libération

Morocco
Maroc
16/01/2017
Empowering Women in Atlas : Autonomiser les femmes en protégeant la nature

Dans le Moyen Atlas, les conditions de vie des populations rurales sont souvent très difficiles. À cause de cette rudesse, les femmes et les enfants qui vivent dans ces contré...

Morocco
Afrique
23/12/2016
La voûte nubienne pour le droit à un habitat durable

Face à la déforestation et à l’avancée de la désertification, un très grand nombre d’habitants des régions sahéliennes se retrouvent dans l’incapacité de renouveler leurs toit...

Morocco
International
16/12/2016
Une initiative turque pour sensibiliser les administrations locales

Les élus et administrations territoriales sont des acteurs clés dans la transition vers de nouveaux modes de vie plus durables. C’est la conviction de la très active fondation...

Morocco
Maroc
14/12/2016
Casablanca : une friche à Sidi Moumen devient un jardin-école

C’est l’histoire de la transformation d’un terrain vague à Casablanca. Le site de 2500m² est situé entre le centre social Oum Keltoum et le complexe culturel El Ghali du quart...