Marrakech - Maroc

Lahcen Iwi : un précurseur de la sculpture de pneus

  • |
  • |
  • |

Depuis qu’il a été révélé au grand public grâce à une émission de la chaîne 2M, Lahcen Iwi est de plus en plus reconnu pour la singularité de son art. Ce titulaire d’une licence en littérature anglaise, et papa d’une fille de 12 ans a commencé à travailler son matériau de prédilection à l’âge de 8 ans. Il fait partie des rares artistes dans le monde à avoir développé ses propres techniques et démarche artistique autour de la récupération de pneus.

Il tient son art de son père

Lahcen ne manque pas de le rappeler à chaque fois que l’occasion s’y prête. Son art, il le doit d’abord à son père Abdellah Iwi. « Je suis du signe Verseau, et mon père fabriquait justement – à l’ancienne – des seaux et parfois des jarres pour des usages quotidiens », nous confie-t-il avec le sourire. « Mon père a été mon premier maître et ma première inspiration. Avant lui mon grand-père faisait aussi le même métier », ajoute-t-il.

Il a développé sa propre technique

Petit à petit, Lahcen a développé et amélioré ses procédés pour passer du façonnage d’objets utilitaires à la création d’œuvres abouties. Il commence toujours par créer une structure en bois qu’il revêt ensuite à partir des chutes de pneus. Pour obtenir le résultat qu’il souhaite, le sculpteur utilise des outils et des roues de toutes sortes.

Allant des pneus de tracteurs les plus épais jusqu’aux chambres à air les plus fines. Pour l’artiste, tout est bon pour varier les textures. Au final, le résultat est bluffant. La précision des formes et la qualité de la finition sont les signes édifiants du talent de Lahcen.

Il fabrique lui-même ses outils 

Dépositaire d’un savoir-faire empirique, Iwi n’est pas un débutant. Depuis son enfance, il a passé beaucoup de son temps libre à essayer d’améliorer son travail. Pour cet effet, il a fabriqué et peaufiné ses propres outils. À l’exception de son père, Lahcen ne doit son art qu’à ses propres efforts et recherches.

Il vit de son art 

Parfois, plusieurs mois sont nécessaires pour achever une seule œuvre. Pourtant, Lahcen vit de son art. Son rêve est simple : continuer à perfectionner sa démarche artistique et la mettre au service de l’environnement. Pour y arriver, l’artiste s’est investi entièrement dans ses activités de design et de sculpture. Alors que son nom fait le tour du monde, Lahcen Iwi a tout pour être un ambassadeur de la jeunesse marocaine telle qu’on l’aime : créative, persévérante, innovante, et surtout écoresponsable.

ÉQUIPE

Lahcen Lwi

Sculpteur designer

COORDONNÉES

Marrakech,

Maroc

FACTS

La création contemporaine marocaine est spécifique. Les artistes ont su tirer profit du fait que leur pays ait toujours constitué un carrefour culturel et artistique entre l’Afrique, l’Orient et l’Occident. Les créateurs marocains ont une référence occidentale universelle et incontournable qui s’oppose à leur riche histoire patrimoniale.
Source : fr.artmediaagency.com

 

 

LE MAROC EN ACTION

Le Maroc cherche à mettre en avant l’art. En octobre 2014, et après dix ans de travaux, le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain a ouvert à Rabat. Il s’agit de la première institution muséale à se consacrer entièrement à l’art moderne et contemporain.

 
Source : fr.artmediaagency.com

 

Morocco
Maroc
16/01/2017
Empowering Women in Atlas : Autonomiser les femmes en protégeant la nature

Dans le Moyen Atlas, les conditions de vie des populations rurales sont souvent très difficiles. À cause de cette rudesse, les femmes et les enfants qui vivent dans ces contré...

Morocco
Afrique
23/12/2016
La voûte nubienne pour le droit à un habitat durable

Face à la déforestation et à l’avancée de la désertification, un très grand nombre d’habitants des régions sahéliennes se retrouvent dans l’incapacité de renouveler leurs toit...

Morocco
International
16/12/2016
Une initiative turque pour sensibiliser les administrations locales

Les élus et administrations territoriales sont des acteurs clés dans la transition vers de nouveaux modes de vie plus durables. C’est la conviction de la très active fondation...

Morocco
Maroc
14/12/2016
Casablanca : une friche à Sidi Moumen devient un jardin-école

C’est l’histoire de la transformation d’un terrain vague à Casablanca. Le site de 2500m² est situé entre le centre social Oum Keltoum et le complexe culturel El Ghali du quart...