Salé - Maroc

Le GREPOM au chevet des grands rapaces

  • |
  • |
  • |

C’est une hécatombe pour les grands rapaces dans la région de Guelmim. Le groupe de recherche pour la protection des oiseaux au Maroc (GREPOM) a été parmi les premières associations à tirer la sonnette d’alarme sur un point noir qui fait des ravages dans les populations d’aigles migrateurs en tout genre. Depuis, le GREPOM a lancé une initiative pour collecter les données et trouver des solutions à mettre en place en partenariat avec les structures et autorités concernées.

À la recherche de l’aigle perdu

À l’origine de cette initiative, un aigle ibérique dont des chercheurs espagnols ont vu s’immobiliser le signal GPS après sa migration vers le Maroc en octobre 2015. Les chercheurs des deux côtés de la Méditerranée collaborent souvent dans le suivi des migrations. C’est la raison pour laquelle Ali Irizi, un membre du GREPOM, s’est porté volontaire pour aller sur le terrain afin de connaitre le sort du grand rapace. Sur place, Ali trouve une hécatombe. « C’était un massacre ! Dans un seul endroit, j’ai trouvé un aigle Bonelli, un aigle royal, et trois ibériques dont celui que je suis venu chercher, tous morts électrocutés », nous raconte Ali.

Le GREPOM lance l’alerte

A la suite de cette macabre découverte, le groupe de recherche fait le point sur la situation et lance l’alerte. Pour les scientifiques qui forment les rangs de l’association, le point noir détecté dans la région de Guelmim a fait à lui seul des dégâts importants dans les populations d’oiseaux migrateurs. Situé en plein couloir de migration, dans une zone riche en proies mais sans perchoirs naturels, l’endroit est un piège mortel.

Une course contre la montre

Pour les ornithologues, plusieurs mesures doivent être prises en urgence. Il est question d’assujettir les installations de moyenne tension aux études d’impact sur l’environnement, et mettre à niveau les installations dans les points sensibles pour la migration.
Depuis plusieurs mois, le nombre d’électrocutions a chuté parce que la saison de la migration est passée. Actuellement, le GREPOM anticipe et espère pouvoir obtenir, dans les plus brefs délais, des résultats dans la mise en place des solutions, parce que la saison de la migration reprendra très bientôt. L’hiver approche…

ÉQUIPE

Mohamed Daki

Président

Mohamed Aziz El-Agbani

Vice-président

Abdeljabbar Qninba

co-fondateur

COORDONNÉES

3, Résidence OUM HANI 3, Avenue Ouali Al Had Sidi Mohamed

Salé,

Maroc

www.grepom.org

FACTS

« La mortalité par électrocution au sein de cette zone atteint des valeurs semblables à celles qui ont produit le déclin des populations de rapaces reproductrices dans d'autres régions du monde. Elle peut avoir une incidence sur la dynamique des populations et la conservation non seulement des rapaces marocains, mais aussi des populations européennes de l'aigle impérial ibérique et de l'aigle de Bonelli. »

 

 

Source : Alfonso Godino, membre du Groupe de spécialistes des vautours au sein de la Commission pour la survie des espèces de l’UICN

LE MAROC EN ACTION

Les résultats obtenus sur le terrain et présentés dans un rapport publié par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) quantifient pour la première fois l'impact de l'électrocution par collision avec des lignes électriques sur les populations d'oiseaux de proie en Afrique du Nord. En effet, le rapport montre que l'électrocution représente une menace grave et importante pour les populations de rapaces, non seulement au Maroc, mais aussi dans la péninsule ibérique. De plus, un grand nombre d'espèces sont affectés par ce problème, y compris le très menacé aigle impérial ibérique. Ce rapport est le fruit de la collaboration entre des groupes d'experts espagnols et marocains, des représentants du gouvernement de l'Andalousie, l'ONG Espagnole AMUS, et les membres de l'ONG Marocaine GREPOM/BirdLife. De plus, cette équipe a également eu le soutien des agents et des techniciens du Haut Commissariat des Eaux et Forêts au Maroc. Cette collaboration a permis d'identifier pour la première fois, en Afrique du Nord, un point noir de mortalité des oiseaux de proie par électrocution.

 

Source : IUCN

Morocco
Maroc
16/01/2017
Empowering Women in Atlas : Autonomiser les femmes en protégeant la nature

Dans le Moyen Atlas, les conditions de vie des populations rurales sont souvent très difficiles. À cause de cette rudesse, les femmes et les enfants qui vivent dans ces contré...

Morocco
Afrique
23/12/2016
La voûte nubienne pour le droit à un habitat durable

Face à la déforestation et à l’avancée de la désertification, un très grand nombre d’habitants des régions sahéliennes se retrouvent dans l’incapacité de renouveler leurs toit...

Morocco
International
16/12/2016
Une initiative turque pour sensibiliser les administrations locales

Les élus et administrations territoriales sont des acteurs clés dans la transition vers de nouveaux modes de vie plus durables. C’est la conviction de la très active fondation...

Morocco
Maroc
14/12/2016
Casablanca : une friche à Sidi Moumen devient un jardin-école

C’est l’histoire de la transformation d’un terrain vague à Casablanca. Le site de 2500m² est situé entre le centre social Oum Keltoum et le complexe culturel El Ghali du quart...