Glossaire

Acidification

L’acidification est un phénomène qui peut modifier les équilibres chimiques et biologiques et affecter gravement les écosystèmes. L’augmentation de l’acidité de l’air est principalement due aux émissions de SO2, NOx et HCl, lesquels, par oxydation, donnent les acides HNO3 et H2SO4.

Appel de Tanger

L’Appel de Tanger, lancé dimanche le 20 septembre 2015 par S.M. le Roi Mohammed VI et le Président français, François Hollande, constitue un signal de la mobilisation du Maroc et de la France en vue de s’engager dans la transition énergétique.

CCNUCC

La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) met en place un cadre global de l’effort intergouvernemental pour faire face au défi posé par les changements climatiques. Elle reconnaît que le système climatique est une ressource partagée dont la stabilité peut être affectée par les émissions industrielles de CO2 ainsi que les autres gaz à effet de serre.

COY (Conference of Youth)

La conférence de la jeunesse ou COY est un événement annuel qui rassemble des jeunes du monde entier. La conférence permet de présenter le message de la jeunesse avant la conférence des parties (COP). La COY11 a eu lieu à Paris du 26 au 28 novembre 2015.

Empreinte carbone

C’est un indicateur qui évalue la pression exercée par une population en termes d’émissions de gaz à effet de serre, en fonction de son niveau de vie.

Environnement

Environnement physique, biologique, géographique, qui entoure un être vivant et l’influence dans son comportement.

Éolienne

Une éolienne est la forme contemporaine du moulin à vent. Il s’agit d’un ensemble de dispositifs qui transforment l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique, laquelle est ensuite le plus souvent transformée en énergie électrique. Les éoliennes produisant de l’électricité sont appelées aérogénérateurs, tandis que les éoliennes qui pompent directement de l’eau sont parfois dénommées éoliennes de pompage, dont un type particulier est l’éolienne Bollée.

Les termes centrale éolienne, parc éolien ou ferme éolienne sont utilisés pour décrire les unités de production groupées, installées à terre ou en mer. Dans ce dernier cas, on parle d’éolienne en mer ou offshore.

Les pays du monde où les champs éoliens sont les plus nombreux sont la Chine, les États-Unis, l’Allemagne, l’Espagne, l’Inde, le Royaume-Uni et, en proportion de la population, le Danemark (voir Énergie éolienne#Production éolienne).

GIEC

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC ou, en anglais, Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC) a été créé en 1988 par deux institutions des Nations unies : l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Cet organisme intergouvernemental a pour mandat d’évaluer, sans parti pris, l’information scientifique, technique et socio-économique disponible sur la question du changement climatique. Tous les six ans environ, le GIEC publie l’état de l’art de ces connaissances dans d’épais volumes qui servent de base aux négociations climatiques. En 2007, le GIEC a reçu le prix Nobel de la paix, conjointement avec l’ancien vice-président américain Al Gore.
Le GIEC, présidé par le Sud-Coréen Hoesung Lee et composé de 3 000 scientifiques et économistes, est organisé en trois groupes de travail : le premier sur les principes physiques du changement climatique ; le deuxième sur les impacts, la vulnérabilité et l’adaptation au changement climatique ; le troisième sur les moyens d’atténuer le changement climatique. Son 5e rapport de synthèse, publié en avril 2014, prévoit notamment, dans le pire scénario, une augmentation de la température jusqu’à 4,8 °C et une élévation du niveau des mers d’un mètre d’ici à 2100.

Marché Carbone

Il s’agit d’un mécanisme financier visant à réduire les émissions industrielles de gaz à effet de serre en leur donnant un prix. Un plafond annuel d’émissions de CO2 est imposé aux entreprises, sous forme de quotas, celles qui dépassent ce plafond pouvant racheter des quotas à celles qui ne l’ont pas atteint. Le prix de la tonne de carbone émise, ou « droit à polluer », dépend de l’offre et de la demande.
L’Europe a été la première à mettre en place, en 2005, un marché d’échange de quotas de CO2 (Emission Trading Scheme, ou ETS). Il couvre environ 12 000 installations industrielles (centrales thermiques, réseaux de chaleur, aciéries, cimenteries, raffineries, papeteries…), soit plus de 40 % des émissions européennes de gaz à effet de serre. Le secteur aérien y a été inclus en 2012. En raison de l’allocation initiale d’un volume trop important de quotas et de la récession économique, le prix de la tonne de carbone a chuté, passant de 30 euros en 2005 à 5 euros en 2014, un niveau trop bas pour avoir un effet d’entraînement sur les entreprises. Une réforme du marché communautaire est en cours.
Neuf Etats américains ont aussi mis sur pied un marché commun du CO2, le Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI). Le Québec et la province canadienne de l’Ontario ont institué des dispositifs similaires. La Chine, après avoir expérimenté ce système dans sept villes et provinces, a annoncé la mise en place d’un marché national en 2017. Au total, il existe aujourd’hui 17 marchés carbone dans le monde, non connectés entre eux et ne couvrant que 11 % des émissions planétaires de CO2.

Mika

Terme en darija (dialectal marocain) faisant référence aux sacs en plastiques, et au plastique d’une manière plus générale.

Mix énergétique

C’est la répartition des différentes sources d’énergies primaires (fossile, renouvelable ou nucléaire) dans la consommation énergétique totale. Au niveau mondial, le mix, ou bouquet énergétique, se décomposait en 2013 entre 78,3 % de combustibles fossiles, 19,1 % de sources renouvelables et 2,6 % d’énergie nucléaire.
Le mix électrique, lui, concerne la seule production d’électricité. Fin 2014, il se répartissait, à l’échelle mondiale, entre 77,2 % de fossiles et de nucléaire (dont un peu plus de 10 % pour l’atome) et 22,8 % de renouvelables. La France se distingue par son mix électrique qui est le plus nucléarisé de tous les pays, à hauteur d’environ 75 %.

Nappe phréatique

Il s’agit d’une masse d’eau qui existe sous terre en faible profondeur. C’est cette nappe qui alimente les sources et les puis. Par sa proximité avec la surface, la nappe phréatique est très exposée à la pollution.

Parc éolien

Un parc éolien est une surface où sont installées des éoliennes pour la production de l’electricité. Les éoliennes sont une sortes de moulins à vent qui transforment l’energie du vent en énergie électrique.

Stress hydrique

Communément appelé “pénurie d’eau”, le stress hydrique est un phénomène écologique faisant référence à un écart entre la demande et la disponibilité en eau. La pénurie d’eau se produit lorsque les ressources hydriques disponibles sont inférieures à 1 000 m3. par habitant et par an.