Gestion des déchets

Définition du déchet 

Tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon est un déchet.

Les types de déchets 

On distingue les déchets non dangereux et ceux dangereux, qui contiennent des éléments toxiques ou présentant des risques pour la santé humaine et l’environnement. Les déchets sont classés en différents types : déchets ménagers, agricoles, industriels, médicaux ou pharmaceutiques, biodégradables, ultimes, encombrants.

Les risques liés aux déchets 

  • Effets sur l’environnement : pollution de l’eau, de l’air et des sols, destruction des écosystèmes et de la biodiversité, consommation d’aliments pollués.
  • Effets sur la santé : toxicité, maladies.
  • Effets sur les activités socio-économiques : envahissement des terres agricoles, effets sur la fertilité des sols, pertes en bétail, dégradation de sites.

État des lieux

Il y a 10 ans, 2,9 milliards d’habitants urbains généraient environ 0,64 kg de déchets solides par personne et par jour, soit 0,68 milliard de tonnes/an. Aujourd’hui, selon la Banque mondiale, ce montant a augmenté : environ 3 milliard d’habitants produisent 1,2 kg de déchets par jour et par personne (1,3 milliard de tonnes de déchets solides par an).

En 2012, la Banque mondiale a tiré la sonnette d’alarme (rapport What a Waste) en prévoyant une hausse de 70 % du volume des déchets urbains à l’horizon 2025 : 4,3 milliards d’habitants générant 1,42 kg/personne/jour de déchets solides, soit 2,2 milliards de tonnes par an.

La figure ci-dessous illustre la production mondiale de déchets par région. Alors que l’Afrique et l’Asie du Sud sont les régions qui produisent le moins de déchets, les pays de l’OCDE produisent près de la moitié des déchets du monde.


La gestion des déchets 

La limitation, la collecte, le tri, le recyclage et la valorisation des déchets permettent l’atténuation du réchauffement climatique, la protection de l’environnement et des écosystèmes, la préservation de la santé ou encore l’économie de matières premières ou d’énergie.

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale n’a pas accès à un service d’enlèvement des déchets ménagers et environ 4 milliards de personnes utilisent des décharges illégales ou non réglementées, qui accueillent plus de 40 % des détritus produits dans le monde.

La figure qui suit donne un aperçu sur l’efficacité des collectes de déchets selon les régions. Celles qui englobent des pays à faibles revenus ont tendance à avoir un faible taux de collecte. L’Asie du Sud et l’Afrique ont respectivement les taux les plus bas avec 65% et 46%. Les pays de l’OCDE ont en revanche tendance à avoir le taux le plus important en matière d’efficacité des collectes : 98%.

La valorisation des déchets

Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas :

  • La première règle est de réduire la production de déchets.
  • La valorisation des déchets est leur réemploi, recyclage ou autre action afin d’obtenir soit des matériaux réutilisables, soit de l’énergie. Elle se fait par différents moyens.
  • Le réemploi : c’est utiliser de nouveau un déchet. On prolonge sa durée de vie avant de le jeter. Exemple : une bouteille consignée qui est de nouveau remplie après nettoyage.
  • La réutilisation : c’est utiliser un déchet pour un usage différent de son premier emploi, ou de faire, à partir d’un déchet, un autre produit. Exemple : utiliser des pneus de voiture pour protéger la coque d’un bateau.
  • Le recyclage : le déchet est réintroduit dans le cycle de production dont il est issu, en remplacement total ou partiel d’une matière première neuve. Exemple : prendre des bouteilles cassées, les refondre, et en faire des bouteilles neuves.
  • La régénération : c’est redonner à un déchet, par un procédé physique ou chimique, les caractéristiques permettant de l’utiliser en remplacement d’une matière première neuve. Exemple : la régénération des huiles usées ou du papier qui est à la fois recyclé et régénéré.
  • La valorisation énergétique consiste à utiliser les calories contenues dans les déchets, en les brûlant et en récupérant l’énergie ainsi produite pour, par exemple, chauffer des immeubles ou produire de l’électricité. C’est l’exploitation du gisement d’énergie que contiennent les déchets.

On peut aussi créer de l’énergie en récupérant le biogaz issu de la décomposition des déchets organiques ou des boues de stations d’épuration.

 

AUTRES DOSSIERS

Les zones humides
Les zones humides

25/01/2017

La biodiversité
La biodiversité

01/08/2016

Les changements climatiques
Les changements climatiques

01/07/2016

Les énergies renouvelables
Les énergies renouvelables

04/06/2016