La biodiversité

Le terme biodiversité, ou diversité biologique, fait référence à la multiplicité des espèces (faune, flore, insectes, champignons…) et de leurs habitats, sur Terre.

Selon la définition de la convention sur la Diversité Biologique (CBD), il s’agit de la «variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie. Cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces, ainsi que celle des écosystèmes».

La biodiversité qui existe sur notre planète de nos jours est le résultat de près de 4 milliards d’années d’évolution, au cours desquelles elle a été façonnée par l’action des processus naturels, et de plus en plus, par l’influence des humains.


Il est possible de fragmenter le concept de «biodiversité» en trois composantes :

1 – Biodiversité spécifique ou diversité des espèces

Qu’il s’agisse de plantes, d’animaux ou de micro-organismes, cette notion se rapporte à la fois au nombre d’espèces dans une région : «richesse spécifique», ainsi qu’aux relations mutuelles entre espèces : diversité «taxinomique».

2 – Biodiversité génétique intra spécifique (diversité des gènes)

Elle concerne des populations distinctes de la même espèce. La diversité génétique est celle des espèces sauvages, mais aussi celle des espèces cultivées (végétaux, champignons, levures) ou élevées (animaux).

3 – Biodiversité éco-systémique ou diversité écologique

Il s’agit de la variété des habitats, des communautés qui y vivent et des processus écologiques qui s’y déroulent.

  • La biodiversité est différente en fonction du lieu

La biodiversité n’est pas répartie à travers notre planète d’une manière égale et homogène. Elle augmente dans certaines régions (régions continentales chaudes et tempérées ou pluvieuses) et a tendance à diminuer dans d’autres (hautes altitudes par exemple).

  • À quoi nous sert la biodiversité ?
    Culturelle, esthétique, récréative, éducative, spirituelle, scientifique, sociale, économique, etc., il n’existe pas une, mais plusieurs valeurs de la biodiversité !

Au-delà de l’aspect éthique que revêt la conservation de la biodiversité, bien d’autres arguments étayés illustrent les rôles majeurs que joue la biodiversité sur notre planète :

  • Rôle de la biodiversité dans le fonctionnement des écosystèmes : chaque espèce a sa place dans l’écosystème, et va jouer un rôle dans le maintien des écosystèmes.
  • Rôle socio-économique de la biodiversité : un grand nombre de personnes bénéficient actuellement des services qu’offre la diversité biologique. Sa préservation signifie aussi de maintenir cette économie.
  • Rôle alimentaire de la biodiversité : l’être humain a depuis toujours été dépendant de la faune et de la flore pour se nourrir. Il prélève dans la nature les aliments nécessaires à sa survie : plantes, viande, poisson…
  • Rôle «pharmaceutique» de la biodiversité : près de 40% des médicaments utilisés dans le monde sont issus d’une matière active, naturelle extraite du vivant.

Qu’elle soit une constituante d’un écosystème terrestre ou d’eau douce, la biodiversité a plusieurs fonctions vitales dont dépendent les grands équilibres naturels, la survie et le bien être humain.

Quelques moments clés de la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis la nuit des temps, plusieurs étapes majeures dans la fluctuation de la biodiversité ont déterminé la biodiversité telle que nous la connaissons aujourd’hui : 5 extinctions massives de la biodiversité au cours des 540 millions d’années.

  •  La plus importante extinction a eu lieu il y a plus de 225 millions d’années, et a entraîné l’extinction de plus de 90% des espèces animales et végétales de l’époque.
  •  La plus récente s’est déroulée il y a 65 millions d’années, et a causé la disparition des dinosaures.

De nos jours, nous vivons ce qui est admis communément comme la 6ème extinction massive

Depuis 13 000 ans, «l’extinction de l’Holocène» est provoquée par la colonisation de la planète par l’être humain. Elle est parfois surnommée la sixième extinction, bien que ses dégâts en nombre d’espèces soient pour le moment considérablement inférieurs aux cinq autres épisodes d’extinctions massives.

Pourquoi la biodiversité subit-elle l’érosion ?

Selon l’ONU, cinq causes majeures accélèrent la cadence de l’érosion de la biodiversité :

  • Les modifications des habitats des espèces (destruction, banalisation, fragmentation, artificialisation, déforestation, drainage, mise en culture, pollution lumineuse, etc.) ;
  • La surexploitation ;
  • La pollution ;
  • L’introduction d’espèces exotiques envahissantes ;
  • Les changements climatiques.

Limiter l’érosion de la biodiversité : une question de mobilisation et de moyens

À la question «est-il encore possible de limiter l’érosion de la biodiversité ?», la réponse du Secrétariat de la CBD, formulée dans la 3ème édition de son rapport sur les «perspectives mondiale de la diversité biologique», est très édifiante :

«Nous ne pouvons plus continuer de penser que l’appauvrissement continu de la diversité biologique est un problème distinct des principales préoccupations de nos sociétés que sont la lutte contre la pauvreté, l’amélioration de la santé, de la prospérité et de la sécurité des générations présentes et futures, ainsi que la gestion des changements climatiques.
Chacun de ces objectifs est sapé par l’évolution actuelle de l’état de nos écosystèmes mais leur atteinte sera grandement facilitée si nous accordons enfin à la diversité biologique la priorité que nous lui devrons.

En 2008-2009, les gouvernements de la planète ont rapidement mobilisé des centaines de milliards de dollars pour empêcher l’effondrement d’un système financier dont les bases fragiles ont pris de court les marchés financiers. Aujourd’hui, nous disposons d’avertissements clairs sur la proximité des points de rupture possibles vers lesquels nous amenons les écosystèmes qui ont modelé nos civilisations. Une fraction des sommes engagées pour éviter une rupture de l’économie mondiale nous permettrait d’éviter un effondrement beaucoup plus préoccupant et profond : celui des systèmes de maintien de la vie sur Terre».

 

AUTRES DOSSIERS

Les zones humides
Les zones humides

25/01/2017

Gestion des déchets
Gestion des déchets

10/07/2016

Les changements climatiques
Les changements climatiques

01/07/2016

Les énergies renouvelables
Les énergies renouvelables

04/06/2016